Aller au contenu

Elections du FNAS : la plus grande victoire sera la participation !

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Zoom: 100%

share
Version imprimablePDF version

Article paru dans Plateaux n°200 - 1er trimestre 2010

Les élections de l’Assemblée générale du FNAS et de son conseil de gestion se tiendront cette année entre le 23 avril et le 10 mai. Celles-ci étaient prévues en 2009 mais dans l’attente de l’extension de la nouvelle convention -et donc des nouveaux statuts du FNAS- les partenaires sociaux avaient du repousser la date de ces élections.  Du fait de ces nouveaux statuts les instances du FNAS vont être sensiblement modifiées. De quoi s’agit-il ?

Les changements

Le grand changement réside dans l’élection des membres du conseil de gestion qui ne seront plus élus par l’assemblée générale pour ce qui concerne les représentants des salariés des entreprises de moins de 10 salariés et les représentants des salariés intermittents. En effet ce sont les premiers élus des listes de candidats qui siègeront dans cette instances ; les 7 premiers pour le collège des salariés intermittents et les 3 premiers pour le collège des salariés des entreprises de moins de 10 salariés.  Seuls les représentants des comités d’entreprises conventionnels (CEC), entreprises dont les effectifs sont compris entre 10 et 50 salariés, et les comités d’entreprises de plus de 50 salariés qui cotisent au FNAS éliront durant l’assemblée générale leurs représentants au conseil de gestion. C’est donc, pour ce qui concerne la plupart des artistes, l’ensemble d’entre eux qui éliront à la fois leurs représentants à l’assemblée générale et au conseil de gestion du FNAS.

Si la composition de l’assemblée générale ne bouge pas (40 représentants des salariés intermittents, 20 représentants des salariés des entreprises de moins de 10 et 1 représentant de chaque CEC ou CE cotisant au FNAS), le conseil de gestion passe de 12 à 17 membres répartis comme suit : 7 représentants des salariés intermittents, 3 représentants des entreprises de moins de 10 salariés et 7 représentants des CEC ou CE cotisant au FNAS.

Les syndicats de la Fédération CGT du spectacle et tout particulièrement le SFA ont porté ces propositions de nouveaux statuts du FNAS tout au long de la négociation des nouvelles dispositions de la convention collective des Entreprises artistiques et culturelles. C’est en effet dans un souci de plus grande démocratie que nous avons voulu ouvrir le conseil de gestion du FNAS à plus de représentants et permettre à ses ouvrants droits d’avoir directement leur mot à dire sur ses représentants.

Mais la démocratie ne s’use que lorsqu’on ne s’en sert pas

La faible participation aux élections professionnelles d’AUDIENS a montré combien les salariés se désintéressaient de ce qui les regardait au premier chef et l’on ne parlera pas ici du record d’abstention aux élections régionales. La démocratie ne s’arrête pas à la porte des entreprises et des compagnies. C’est ce que la CGT et ses syndicats défendent depuis toujours. La participation massive des artistes aux élections du FNAS sera leur première victoire face à certains syndicats, peu représentatifs dans nos professions, qui ne souhaitent qu’une chose : ôter la possibilité pour les salariés de s’exprimer. Comme par hasard ce sont les mêmes qui d’années en années détériorent un peu plus, complices qu’ils sont du MEDEF, notre accès à la protection sociale.

Peu de syndicats mènent un travail de fond sur la défense des métiers artistiques. Le SFA est exemplaire de cette volonté d’être sur tous les fronts qui concernent tant la protection sociale des artistes que la liberté de création et les conditions dans lesquelles les artistes travaillent. Les militants du SFA ne peuvent pas être soupçonnés de mettre le souci de leurs intérêts personnels au dessus de l’intérêt collectif. Ils ne sont pas là pour on ne sait quel pouvoir. Bien au contraire ils sont présents au service des autres et tout particulièrement des artistes qui sont en difficultés mais pas seulement. C’est aussi pour cela que l’abstention ne devrait pas avoir lieu d’être dans nos élections professionnelles.

Des milliers d’artistes interprètes peuvent prétendre à des prises en charges sur des activités culturelles de sport et de loisirs

Suite à l’extension de la convention collective, ce sont aujourd’hui plus de 5800 entreprises qui sont appelées à cotiser et des milliers d’artistes interprètes peuvent prétendre à des prises en charges sur des activités culturelles de sport et de loisirs. Certes un nombre beaucoup trop important d’entre eux ne savent pas encore ce qu’est le FNAS et ce qu’il peut leur apporter. La tenue de ces élections doit être pour chaque artiste syndiqué ou non de faire découvrir le FNAS et ses activités à ses collègues. En outre le FNAS offre des règles d’ouverture de droits bien plus souples que beaucoup de caisses sociales comme celle de l’indemnisation du chômage par exemple. Toutes ces avancées, ce sont les militants du SFA et de la Fédération CGT du spectacle, majoritaires dans les instances du FNAS, qui les ont obtenues et mises en place.

Il est donc essentiel que les artistes participent massivement et convainquent leurs collègues de voter aux élections du FNAS. A partir du 23 avril 2010 vous recevrez le matériel de vote. Si vous avez quelques doutes sur la façon de procéder, n’hésitez pas à contacter le SFA qui vous expliquera la méthode à suivre.

 

Denys FOUQUERAY

 

Entre le 23 avril et le 10 mai VOTEZ ET FAITES VOTER

pour les listes présentées par le SFA, le SNAM et le SYNPTAC - CGT