Aller au contenu

Plateaux N°203

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Zoom: 100%

share
Version imprimablePDF version
Trimestre: 
Octobre / Novembre / Décembre 2010
plateau

Edito

 

L’année 2010 a été rude et la politique de restauration d’un autre âge menée par le gouvernement n’a cessé d’aggraver la situation tant dans le domaine de la protection sociale que dans les moyens dévolus à la création artistique. Pourtant la mobilisation qui a su grandir dans tout le pays à propos de la réforme des retraites a été sans précédent depuis de nombreuses années. Certes le résultat n’est pas encore là, mais c’est bien vers l’avenir qu’il nous faut regarder. L’histoire est faite de ces cycles qui, régulièrement, remettent en cause ce nous avons pu construire. Voici trente ans que nos gouvernants font l’apologie de l’individualisme et nous en payons le prix aujourd’hui. Or ce qui nous apparaît comme un roc indestructible est en fait pourri de l’intérieur et finira bien par tomber pour peu que nous ne cédions pas au découragement mais qu’au contraire nous renforcions notre détermination à résister.

La situation des artistes n’a cessé de se dégrader, la remise en cause des financements publics pour la culture en général et la création artistique en particulier a contribué à la destruction des emplois des artistes interprètes. Nous avons vu grandir le nombre des artistes versant dans le RSA et l’exclusion. Mais le repli sur soi n’a à aucun moment sauvé qui que ce soit. A contrario la peur ne fait qu’accroître le pouvoir de ceux qui se sont donné pour mission d’engranger toujours plus de profits sur le dos d’une crise dont ils portent la responsabilité.

Pourtant le syndicat a pu avancer dans la dernière période : la couverture prévoyance dans tous les secteurs, la possibilité d’une complémentaire santé pour un prix que seule la mutualisation d’une cotisation minime des employeurs pouvait permettre, la finalisation d’une convention collective de l’édition phonographique que le SFA réclamait depuis plusieurs décennies. Beaucoup reste à faire notamment en matière de droits pour les utilisations des œuvres sur Internet et de l'adaptation de nos accords conventionnels a l'environnement numérique, qui seront parmi les grands dossiers pour l’an prochain. Les nouveaux acquis devraient nous encourager à nous tenir debout face à l’adversité et à nous mobiliser pour les luttes à venir.

Les menaces qui planent sur 2011 sont importantes. La remise en cause annoncée des retraites complémentaires et du régime d’assurance chômage avec les conséquences que l’on peut craindre sur les annexes 8 et 10, le risque de disparition des congés payés pour la plupart des artistes interprètes, la diminution toujours plus forte des crédits pour la création artistique, doivent être l’occasion d’abandonner nos solitudes et de nous lever contre toutes ces menaces pour gagner. Plus que jamais le SFA doit être le lieu de rassemblement des acteurs, chanteurs, danseurs, circassiens, artistes de variétés….

Ce que nous avons à nous souhaiter pour cette nouvelle année, ce sont à la fois des projets artistiques nombreux qui voient le jour et la détermination dont nous avons besoin face aux forces méprisantes et destructrices qui gouvernent ce pays.

La Délégation générale

SOMMAIRE