Aller au contenu

La culture en marche... la première étape réussie, la deuxième sera le 12 mars!

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Zoom: 100%

share
Version imprimablePDF version

Le lundi 10 février, les marches pour la Culture ont réuni près de nombreux manifestants dans différentes villes (1000 à Paris, 250 à Nantes, 250 à Rennes, 200 à Lyon, 200 à Bordeaux, 150 à Montpellier, 150 à Lille, 100 à Metz, 100 à Marseille…). Les marcheurs ont à cette occasion réaffirmé avec force que la Culture doit redevenir un enjeu pour le gouvernement, une ambition au service de tous les publics !

Une délégation des organisations professionnelles relevant du champ du Ministère de la Culture et de la communication a été reçue à Matignon par trois conseillers du Premier Ministre : elle y a  exprimé son refus des baisses scandaleuses du budget du ministère (on parle avec insistance à nouveau de – 20% pour la période 2015-2017), son refus des délégations de compétence qui dépèceraient le ministère sous prétexte de décentralisation, son refus de mise à mal des dispositifs de protection sociale, notamment dans le cadre des négociations sur l’assurance chômage en cours.

Ce fut à la vérité un dialogue de sourds : les conseillers de J-M. Ayrault ont  répété que si des crédits devaient être préservés dans certains secteurs, ce serait au détriment d’autres postes du Ministère. Il a été tout juste convenu que dans le prochain texte de loi relatif à la décentralisation, la clause de compétence générale pourrait être maintenue (à moins que ne soit instaurée une «clause de compétence partagée ») qui permette aux différentes collectivités territoriales d’intervenir dans le champ culturel. En tout état de cause, cela n’empêcherait pas la délégation de compétence à la demande d’une collectivité.

Les agents du Ministère de la Culture, notamment dans les DRAC, ainsi que les professionnels du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel, de l’information, de l’action culturelle et des arts visuels, toutes et tous, connaissent une dégradation de leur conditions de travail et une précarité accrue. Sous l’effet de cette politique d’austérité, c’est moins d’emplois, moins de services publics, la remise en cause des carrières et un recul de l’accès des publics à la Culture. S'obstiner dans cette voie est désastreux. Cette politique sacrifie l'avenir de notre société en portant atteinte à une de ses valeurs essentielles !

C’est pourquoi, les organisations professionnelles appellent dans l’unité à une nouvelle marche pour la Culture le 12 mars prochain.