Aller au contenu

Votez aux élections du FNAS… et votez CGT !

  • Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Zoom: 100%

share
Version imprimablePDF version

Dans quelques jours vous recevrez, si vous êtes ayant droit, le matériel de vote pour l’élection des membres représentant les salariés intermittents à l’Assemblée générale du FNAS (Fonds National d’Activités Sociales), qui fait office de comité inter entreprise dans le spectacle vivant subventionné. Vos bulletins dûment remplis devront parvenir chez l’huissier au plus tard le 10 mai avant 12 heures.

Il est crucial pour nous, artistes interprètes, et pour l’avenir de cet organisme assez unique, adapté qu’il est à nos métiers et à nos entreprises, que vous votiez, et nous pensons qu’il est nécessaire que vous votiez pour les listes présentées par les syndicats de la Fédération du spectacle CGT : le SFA, le SNAM et le SYNPTAC !

La modification des statuts du FNAS, prévue par la convention collective des entreprises artistiques et culturelles stipule que les employeurs ne siègeront plus au sein même des instances de l’association, mais dans un « comité de suivi » Le FNAS sera donc désormais présidé par un élu du collège salariés. Cela nous exhorte à plus d’exigence encore vis-à-vis de nous-mêmes et à redoubler notre sens des responsabilités.

Les 17 personnes qui seront élues au Conseil de gestion par l’Assemblée générale que vous-même allez élire devront exercer leur mandat de 2 ans dans un contexte inédit. Ce sont les salariés seuls qui assumeront les orientations du FNAS.

Le FNAS offre à plus de 25.000 salariés et à leurs familles la possibilité de prises en charge de leurs activités culturelles, sportives, de loisirs et de vacances. Il permet également de rassembler les professionnels, qu’ils soient permanents ou intermittents, artistes, techniciens, personnels administratifs ou d’accueil.

Nous défendons l’idée que le FNAS pour le plus grand nombre doit être le fait d’un FNAS par le plus grand nombre. C’est cette idée qui a finalement prévalu dans la négociation collective. C’est aussi cette idée qui est à l’origine de la création de commissions où se débat et s’élabore la politique culturelle du FNAS. Quel contenu donner aux activités proposées, quelles réponses apporter à l’industrie touristique ?

Pour les élus CGT, la réflexion culturelle est une question capitale, dans les loisirs comme ailleurs. Ces questions-là ont été abordées au travers des débats, internes ou publics « FNAS ou FNAC ?», « Répondre à la demande ou répondre aux besoins ? », « Quelques questions posées à l’éducation populaire ». Nous devons continuer à faire avancer la réflexion comme nous le faisons depuis des années, c’est une lutte de résistance vitale contre les attaques systématiques que mène le pouvoir actuel contre l’intelligence.

Cette exigence a pour corollaire une formation des élus ouverte à la gestion et à la connaissance des droits des salariés auxquels, ces derniers temps, nos gouvernants portent joyeusement des coups de bûcherons. C’est aussi cela que nous devons continuer à mettre en œuvre.

A l’heure où notre secteur subit de plein fouet une crise sans précédent, couplée à une politique régressive du gouvernement en matière sociale et culturelle, à l’heure où les salariés sont précarisés par la baisse du volume d’emploi et à la stagnation récurrente des salaires, le FNAS est plus que jamais un outil de lien, de solidarité, permettant aux salariés d’avoir des activités collectives et individuelles durant leur temps libre. C’est bien l’activité incessante de la CGT et de ses élus, leur gestion, qui auront permis au FNAS d’être cet outil indispensable, reconnu par les salariés de notre branche professionnelle. Ces élus auront à cœur de continuer à renforcer et à améliorer le FNAS et les services qu’il rend aux artistes interprètes et à leurs camarades de travail.

Votre vote pour la CGT lors de ces élections est un acte citoyen, affirmant le droit de tous les professionnels, permanents ou intermittents, à bénéficier des acquis sociaux gagnés par le mouvement syndical pour tous les salariés. C’est aussi un vote pour une vraie démocratie syndicale.